> Retour



Le kayak, ma passion

Stéphane Pion J’ai 36 ans, je vis à Sassenay, un petit village en Saône-et-Loire.

Ma vie flotte entre passion pour le kayak et le développement d’une petite boite de production audiovisuelle.

Mon père m’a initié à cette pratique lorsque j’étais minot, cela fait maintenant 28 années que je baigne dans ce sport. Cela m’a permis de voyager à travers de nombreux pays, de découvrir de beaux canyons, de connaitre de nouvelles personnes et d’autres cultures. Cela m’a aussi permis de me former en tant que cadreur/monteur. La vidéo a été pour moi un très bon moyen de partager cette passion qui est devenu au fil du temps un métier.

Ce film « Alone on the River » a été l’un des plus dur et des plus éprouvant que j’ai pu faire en kayak et tournage dans toute ma carrière ! Ce n’est pas fini …

Mon film « Alone in the river »

Lorsque l’on m’a proposé de faire partie de cette expédition peu commune, je me suis dit que c’était une bonne opportunité pour créer un documentaire d’aventure de kayak qui sorte de l’ordinaire. Mais je ne pensais pas que cela allait être aussi intense… Stéphane Pion

En plus de l’exploit sportif que nous avons réalisé, j’ai dû m’adapter aux conditions extrêmes pour pouvoir immortaliser les séquences. Il fallait que je sois concentré à la fois sur ce que je devais tourner pour le film mais aussi et c’était peut-être le plus important, rester concentré sur les trajectoires de la rivière car l’erreur pouvait être fatale …

Il m’a fallu un an pour sortir ce film avec mes propres moyens, je remercie Hugo Clouzeau et Mathieu Coldebella pour leur aide précieuse, sans qui le film n’aurait pas connu un tel succès lors de la sortie en avant-première au Salon « Paddle Expo » en Allemagne.

High Himalayan Adventures – (Kayak Session Short Film of the Year Awards 2013 – Entry #19)


Pourquoi le choix de ce titre « seul sur la rivière » ?

Stéphane Pion Beaucoup me dise que « Alone » est désigné à une personne et je suis tout à fait d’accord avec ça. J’ai voulu associer le mot seul « Alone » pour le groupe d’une part mais aussi pour la personne qui s’élance sur un rapide très difficile avec un kayak en surpoids au milieu de nul part et où l’erreur est interdite ou fortement déconseillée.
Je peux vous garantir qu’à ce moment-là vous vous sentez SEUL dans votre kayak !!!

Pour me suivre

Mon Site Web
Mon blog
Stéphane Pion

Partenaires

TEVA
Kayak Session magazine

> Retour